Q023 – Pourquoi est-il indispensable de cartographier les parties prenantes à un dispositif de prospective technologique ?

/
3 minutes de lecture
3

Le développement d’un dispositif de prospective technologique se voulant un projet stratégique pour toute entité se donnant les moyens intellectuels et financiers de sa création, il est important de connaître les différentes parties prenantes s’y rattachant.

Cartographier celles-ci vous permettra d’avoir une vision plus claire de comment vous comporter avec qui, ainsi que des attentes que vous pourriez avoir en fonction de telle ou telle personne.

Une telle action peut paraître inutile au premier abord, mais détrompez-vous. Vous aurez besoin d’alliés durant les différentes phases de mise en place du dispositif. Avec la meilleure volonté et rigueur du monde, vous aurez du retard sur certains éléments et devrez itérer sur d’autres. Connaître ses amis aussi bien que ses adversaires et opposants est primordial pour la survie du programme (et la vôtre) ainsi que pour gérer la pression qui pourrait s’y insérer.

Selon le proverbe français “Dieu me garde de mes amis ! Mes ennemis, je m’en charge.” Avant de “vous en charger”, voici une proposition de deux manières de les catégoriser. La première vous permet de déterminer quels efforts vous allez devoir consacrer aux différentes parties prenantes :

La deuxième classification vous permettra d’identifier à quelles relations vous préparer vis-à-vis des différentes parties prenantes :

En quelques mots, les relations seront les suivantes :

  • Allié
    • Il est d’accord avec vous et vous lui faites confiance. Un ami.

  • Opposant
    • Vous lui faites confiance, mais vous n’êtes souvent pas d’accord.
    • Ces parties prenante sont de grands atouts.
    • Ils apportent de nouveaux points de vue, ils défient vos hypothèses.
    • Ils vous poussent, ils vous feront évoluer.

  • Compagnon
    • Vous êtes d’accord pour cette occasion, mais vous ne lui faites pas nécessairement confiance pour une prochaine fois.
    • Dans une autre occasion et pour d’autres raisons, il pourrait ne pas être d’accord avec vous.
    • Mais cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas collaborer pour cette occasion.

  • Adversaire
    • Vous n’avez pas grande confiance et vous n’êtes pas d’accord avec lui dans la plupart des cas.
    • Vérifier à deux fois que ceci soit réellement le cas, il se peut que ce soit seulement votre point de vue;
    • Si c’est le cas, il est préférable de ne pas investir ni de perdre trop d’énergie avec lui; sauf bien entendu s’il est très important pour le projet!

Maintenez à jour une vision d’ensemble des parties prenantes. Celles-ci peuvent évoluer dans le temps, mais également en fonction de son nombre grandissant; une telle liste vous permettra de n’oublier personne lors d’événements stratégiques.

3 Comments

  1. Excellent développement, comme d’habitude, qui vient parfaitement complémenter les Q022 et Q024.

    Dans le mécanisme de cartographie, on aurait facilement tendance à identifier un adversaire par son uniforme, qui n’est pas le même que celui que nous portons. C’est normal. Mais il ne faut pas perdre de vue que l’adversaire peut aussi être habillé exactement de la même façon que nous, ce qui rend son identification plus difficile.

    Sinon, à titre personnel, un compagnon est quelqu’un à qui j’accorde ma confiance. Celui avec qui je travaille pour la même cause mais à qui je n’accorde pas nécessairement ma confiance est tout au plus un collègue de travail.
    Sur le 2ème tableau je rajouterais bien une 3ème dimension : La performance. Elle me permet de graduer l’intensité de mes relations.

    • Merci Olivier, remarques pertinentes également.

      Tu l’as bien relevé, le but de cette séquence est de rappeler l’importance des parties prenantes lors de l’établissement d’un dispositif de prospective. C’est peut-être moins important pour une action isolée, mais dans le cas d’un dispositif, cela est stratégique.

      Concernant la 3ème dimension, la performance est très importante effectivement. Je pense également que chacun pourra ajouter une (ou plusieurs) dimension(s) qu’il·elle juge importante(s) pour lui·elle. L’idée ici est justement de montrer que de simples représentations, même griffonnés sur un bout de papier, apportent une vision globale de la situation!

Votre avis et votre expérience nous intéressent!

Histoire précédente

Q022 – Comment identifier et caractériser les parties prenantes à un dispositif de prospective et de veille ?

Histoire suivante

Q024 – Comment cartographier les parties prenantes à un dispositif de prospective ?

Derniers articles de Méthodes

%d blogueurs aiment cette page :