Q043-Quelles sources et informations utiliser dans une veille prospective ?

//
6 minutes de lecture

Lorsque vous vous lancez dans un exercice de veille prospective, vous allez rapidement réaliser que l’éventail de sources d’information à votre disposition est littéralement infini. Votre travail consistera alors à expliciter les objectifs de la veille prospective, à spécifier les niveaux d’information auxquels il vous faut accéder et à préciser les champs concernés par la veille (par exemple, est-elle principalement tournée vers l’interne ? Vise-t-elle plutôt à suivre les jeux d’acteurs, notamment des concurrents ? Ou bien enfin, se préoccupe-t-elle de l’environnement contextuel de l’organisation, en balayant de nombreux thèmes – politiques, économiques, sociaux, technologiques, environnementaux etc. ?

Une veille prospective aboutie nécessitera de recourir à de multiples sources d’information afin de construire des éléments de connaissances. Puisque le sujet de fond de la veille prospective est lié au futur (de l’organisation elle-même, de son écosystème concurrentiel, de son environnement contextuel etc.), toute connaissance que l’on pourrait espérer acquérir est fondamentalement spéculative et suppose qu’elle s’appuie sur une pluralité de sources d’information. 

La démarche de veille prospective requiert alors discernement, esprit critique et prise de recul nécessaire face à des informations qui peuvent parfois être insolites voire apparemment incompatibles avec le reste du corpus informationnel assemblé. Il s’avère fréquemment très utile de croiser des informations obtenues au moyen d’une recherche documentaire (par exemple, via Internet) avec les propos d’experts ou autres personnalités qualifiées qui font partie de votre réseau de confiance.

Les différentes sources d’information à disposition, à l’exclusion de celles rencontrées par hasard et sérendipité, peuvent être organisées selon plusieurs catégories :

 
  1. Sites Internet (blogs, forums, information, etc.)
    • Avantages : Permanence d’accès, disponibilité d’illustrations, il existe de nombreux “livres blancs” et autres rapports d’experts fiables publiés sur de très nombreux sujets liés aux transformations politiques, économiques, sociales, technologiques, écologiques etc.
    • Inconvénients : Trop d’informations, validation de l’information pas toujours possible.
  2. Bases de données structurées (brevets, littérature scientifique etc.)
    • Avantages : données facilement traitables automatiquement au moyen d’algorithmes, statistiques aisées à produire, information souvent validée en amont.
    • Inconvénients : coûts d’accès à ces bases de données parfois importants; l’information disponible est souvent déjà travaillée : il ne s’agit pas de donnée brute.
  3. Revues, magazines, livres, etc.
    • Avantages : parution régulières, articles souvent soumis à relecture, sources vérifiées, adresse et email des auteurs.
    • Inconvénients : version digitale pas toujours de même qualité que la version papier, retard par rapport à l’information en ligne.
  4. Conférences, expositions, congrès, etc.
    • Avantages: contact direct; accès à des présentations sur des thèmes spécifiques; nouveautés présentées généralement lors de ces événements. Réseautage.
    • Inconvénients: nécessite des déplacements importants; qualité des présentations pas toujours homogènes, écart entre attentes vis-à-vis de l’événement et des présentations et qualité/pertinence de celles-ci.
  5. Instituts de recherche, universités, hautes écoles, etc.
    • Avantages: communications sur l’état de l’art des activités de recherche dans un domaine particulier, thèmes spécifiques, qualité des informations, présentation explicite et aussi exhaustive que possible des travaux antérieurs sur lesquels s’appuient les projets de recherche en cours, rigueur scientifique.
    • Inconvénients: accessibilité pas toujours facile, lisibilité parfois difficile, biais possible par rapport à un thème de recherche.
  6. Contacts personnels, experts, etc.
    • Avantages: accessibilité, permet un accès rapide, direct, au réseau d’expertise de l’individu.
    • Inconvénients: création d’un biais par l’accès aux mêmes personnes en fonction des thèmes considérés.

Au-delà de ces différentes sources d’information, il peut s’avérer très utile de s’ouvrir à d’autres formes de connaissances que l’on ne s’imaginerait pas forcément mobiliser dans le cadre d’une démarche de veille prospective. Il en est ainsi des différentes productions artistiques : bande-dessinée, cinéma, romans de science-fiction, séries télévisées etc.

En fonction du thème étudié, ces sources, certes insolites, peuvent vous amener à découvrir et à considérer des éléments auxquels vous n’auriez pas forcément pensé initialement.

 

Restez ouvert, mais toujours critique !

 

 

Votre avis et votre expérience nous intéressent!

Histoire précédente

Q119-Comment recueillir les besoins individuels en information?

Histoire suivante

Q123-Comment rechercher et capter des signaux faibles?

Derniers articles de Documents

%d blogueurs aiment cette page :