Q047 – Comment gérer la quantité d’information récoltée dans une dispositif de prospective?

//
5 minutes de lecture

Si vous comptez quelques livres blancs, des rapports spécifiques, des blogs, des articles et les newsletters auxquelles vous ne manquerez pas de vous abonner, vous allez vite vous rendre compte que très facilement vous arriverez à pouvoir lire potentiellement plusieurs milliers de pages… par semaine. La plupart de ces documents seront pertinents, très bien écrits, et vous vous êtes juré de les parcourir. La tâche est tout simplement inhumaine, même assistée par une intelligences artificielles comme développée par exemple par Enno.

Un allié précieux à ne pas oublier dans cette situation est le temps. Rares devraient être les fois où l’on vous demande de considérer TOUS les thèmes, technologiques ou autres, simultanément. Vous avez donc la possibilité d’organiser votre bibliothèque et vos sources d’information par thèmes et dans le temps.

La solution de luxe, si vous en avez la possibilité est de construire une plate-forme d’information avec un moteur de recherche sémantique dédié permettant, en fonction d’une recherche précise, de récupérer et de vous présenter les différents passages présents dans les différentes documents à disposition. Cette solution est très intéressante, mais nécessite quelques personnes pour la gestion, maintenance et optimisation de la plateforme et du moteur de recherche. En fonction des buts du dispositif de prospective, la construction d’un tel environnement de travail peut faire partie intégrante de celui-ci. Ce fut le cas au début du programme de prospective DEFTECH, mais après deux ans il a été décidé d’abandonner cette partie afin de mieux se concentrer sur la signification et les implications stratégiques des technologies plutôt que dans le développement d’un outil de gestion de l’information.

La solution finalement adoptée dans le cadre du programme est donc tout simplement une organisation par répertoires. Afin de ne pas se perdre dans une hiérarchie ou une taxonomie trop compliquée, on divise l’horizon technologique en thèmes principaux, ici au nombre de 12 (robotique, performance humaine, réalité augmentée et virtuelle, intelligence artificielle, Internet des objets, missiles et vecteurs hypervéloces, nouveaux matériaux, spectre électromagnétique, informatique quantique, technologies spatiales et biologie de synthèse).
Les thèmes sont suffisamment larges pour qu’en fonction des documents rencontrés, il soit aisé de définir à quel endroit les sauvegarder.

A l’intérieur de chaque catégorie il est possible naturellement d’affiner la chose et d’avoir recours à des sous-catégories propres au thème en question: par exemple pour l’intelligence artificielle les répertoires incluent : algorithmique, confiance, autonomie, etc.

En parallèle, les documents sont également organisés en fonction de leur provenance : RAND, Fraunhofer INT, etc. Nous nous efforçons dans cette double organisation de ne pas générer de doublons.

Cela permet donc de rapidement aborder un domaine technologique à travers deux prismes d’entrée :

  • Quelles informations ai-je à disposition sur le thème XXX ?
  • Est-ce que l’entité YYY a produit un document sur le thème XXX ?

Il y a naturellement une infinité de solutions disponibles pour gérer les innombrables documents que vous allez être amenés à manipuler. L’important est de trouver la solution qui vous convient et vous permet de trouver l’information pertinente au moment où vous en aurez besoin.

La collecte des documents et d’information, comme pour la détection de signaux faibles, deviendra rapidement une routine. Plus votre façon d’organiser l’information sera simple et efficace, plus vous aurez de plaisir dans cette activité.

Votre avis et votre expérience nous intéressent!

Histoire précédente

Q114 – Quelle présence sur les réseaux sociaux pour un dispositif de prospective?

Histoire suivante

Q107 – Quel budget pour un dispositif de prospective technologique ?

Derniers articles de Comment

%d blogueurs aiment cette page :