Q073 – Pourquoi utiliser la bande dessinée dans un dispositif de prospective ?

/
6 minutes de lecture

La bande dessinée est une forme d’expression artistique dont l’origine est attribuée au genevois Rodolphe Töpffer.

Synthétique, le dessin permet, en quelques traits, de donner à voir des personnages et des situations qu’il est d’ordinaire nécessaire de présenter au moyen d’écrits plus longs.

Les vignettes sont en quelque sorte autrement plus efficaces que les notes et autres rapports. Elles mobilisent l’imaginaire, les émotions, les désirs, les craintes et le vécu des lecteurs. Face à un dessin mettant par exemple en scène une manière futuriste de communiquer à distance, les questions fusent : pourquoi n’est-elle pas conforme à mes attentes ? Est-elle réellement envisageable ? Que manque-t-il, aujourd’hui, pour qu’elle devienne réalité ?

Plusieurs exercices de prospective ont déjà été enrichis au moyen de bandes dessinées. C’est le cas, par exemple, d’un travail de terrain récemment mené par un collectif de chercheurs, Métis, pour le compte de la Direction de la prospective et du dialogue public de la métropole lyonnaise. À la recherche du sens du travail social et médico-social, ils ont pris le parti de recourir à la bande dessinée pour créer les conditions d’un nouveau débat autour du renouvellement en action du travail social.

La bande dessinée ne doit ainsi pas être comprise comme un produit, fini et utilisable en l’état, mais plutôt comme un service, un catalyseur de nouvelles délibérations.

Dans un monde de plus en plus interconnecté, incertain, et en proie à des risques systémiques sans précédent, nous sommes invités à réfléchir, à douter, à explorer et à expérimenter. La bande dessinée devient alors un outil précieux, un support qui permet d’engager des discussions et de les poursuivre au-delà des quelques participants à la conférence ou à l’atelier au cours duquel les premiers échanges ont eu lieu.

À celles et ceux qui pourraient douter du “sérieux” de la bande dessinée, quelques rappels historiques les convaincront peut-être que cette forme artistique n’a rien à envier à ses consoeurs. En 1953 et en 1954, Hergé publiait coup sur coup deux albums devenus mythiques : Objectif lune et On a marché sur la lune.

Couverture de la bande dessinée Les aventures de Tintin – Objectif Lune. © Hergé – Moulinsart 2020 – Tous droits réservés

Les descriptions qu’il y fait de la préparation de la mission lunaire, des péripéties qui s’ensuivent et du retour sur Terre ressemblent à s’y méprendre aux détails du succès de la mission Apollo 11 en 1969. Un travail fastidieux de documentation combiné à un exercice rigoureux d’imagination donne des résultats non seulement parfaitement crédibles (il n’y a que peu d’incohérences et d’inexactitudes dans les albums de Tintin), mémorables et accessibles (ce qui n’est pas toujours le cas de rapports d’experts qui, souvent, ponctuent les exercices plus classiques de prospective).

Changeant de forme graphique, d’ambiance et d’époque, nous avons eu recours à la bande dessinée dans le cadre d’une conférence et d’un atelier organisés par le programme DEFTECH autour du thème Le soldat de demain : digital et augmenté ? Différentes situations possibles aussi bien que des capacités futures ont été co-produites durant l’atelier (chaque individu a eu la possibilité de donner ou non son accord pour la mention de son nom). Ceux-ci ont été maintenus sous forme de texte, mais en plus de rendre le tout cohérent pour être retranscrit dans une histoire, nous l’avons illustrée sous forme de Manga.

Les réactions furent multiples, surtout concernant la forme et le style utilisés. L’aspect polarisant fut confirmé, et de fait nous avons eu la certitude que bien des personnes l’avaient lue.

Bande dessinée « CH-2050 The Future Soldier » réalisée par Matthieu Pellet avec le graphisme de Annie Seiko Rubattel

La bande dessinée étant ici le résultat d’une réflexion, l’idée serait maintenant de considérer certaines représentations comme point de départ à une analyse de faisabilité technologique. A l’heure de la rédaction de cette article, cela est encore du domaine du virtuel, mais cela devrait se matérialiser dans un futur proche.

Votre avis et votre expérience nous intéressent!

Histoire précédente

Entretien avec Marc Atallah – Science-fiction et Prospective

Histoire suivante

Q087 – Comprendre pourquoi on rate à l’entraînement de façon à réussir en mission.

Derniers articles de Livrables

%d blogueurs aiment cette page :