Q082 – Comment (essayer de) créer une communauté?

//
7 minutes de lecture

Nous aimerions beaucoup vous dire que nous avons la recette magique, mais ce serait tout de même mentir un peu.

Capturer l’attention d’un groupe de personnes peut être plus ou moins aisé, faire que celle-ci se maintienne dans le temps est une toute autre histoire.

Dans le cadre du programme DEFTECH, un des objectifs avoué est celui de construire et entretenir dans la durée une communauté d’experts en technologies pouvant au besoin, et sous diverses formes, répondre aux interrogations que ces technologies pourraient poser. Nous avons trois dimensions principales (en fait il y en a beaucoup plus) bien précises (la prospective, les technologies, le monde de la défense) à faire cohabiter.

Une série de journées thématiques, les DEFTECH-DAYS, a été mise sur pied afin de créer un certain rythme dans l’apprentissage et le partage d’information. Nous avons systématiquement gardé les coordonnées de toutes les personnes ayant fréquenté ces journées et celles-ci sont informées par e-mail de chaque nouvelle activité (événement, publication, etc.). Après 6 ans d’activité et 17 journées thématiques, nous sommes parvenus à constituer une communauté de départ d’environ 800 personnes.

Dans le but de professionnaliser les interactions avec les membres de notre communauté, nous avons introduit un système de newsletters opt-in/out où chaque personne de la liste initiale a dû confirmer sa volonté de faire partie de la liste de distribution. Sur les 800 personnes, seules 250 (moins de ⅓ !) ont répondu positivement à cet appel. Cela montre qu’avoir une liste de contacts, c’est bien, mais si ces contacts ne sont pas actifs ou que les intérêts changent, cette liste n’est pas suffisante pour garantir le succès de futurs événements. Afin de permettre cependant à tout un chacun de rejoindre la communauté, nous avons facilité le processus d’enregistrement, ce qui permet d’accueillir régulièrement de nouveaux membres, https://deftech.ch/fr/community/.

Ensemble avec envisioning Ltd, nous avons développé une plateforme collaborative d’informations technologiques. Là-aussi s’est vite posée la question “Comment peut-on inciter des experts à enrichir la plate-forme au moyen de nouvelles informations en lien avec leur domaine d’expertise?”. Si la plate-forme est connue et réputée, on peut espérer jouer sur le prestige d’être associé à celle-ci, mais au lancement d’une initiative, c’est beaucoup plus compliqué ! 

Une solution est bien entendu de rétribuer financièrement toute participation. Sur le court terme c’est la solution la plus “évidente”, mais également la plus risquée sur le long-terme. Elle peut par contre être utile afin de construire le contenu minimal pour l’attractivité de la plate-forme.

En optant pour une approche d’ouverture ou chaque recherche thématique est accessible et mentionne les personnes ayant collaboré au résultat final, une communauté a vu le jour. Ce n’est pas la méthode que nous avions imaginé au départ, mais la communauté grandit en qualité et compétences. 

Si la plate-forme est connue et réputée, on peut espérer jouer sur le prestige d’être associé à celle-ci, mais au lancement d’une initiative, c’est beaucoup plus compliqué !

Une communauté importante est également celle provenant des réseaux sociaux. Privilégiant uniquement pour des raisons de capacité le réseau professionnel LinkedIn, celui-ci permet d’interagir avec un nombre considérable de personnes, de soumettre des questions, chercher des orateurs, des experts dont vous ne connaissez l’existence que par personnes interposées. Mais là aussi, si un billet peut être visualisé des milliers de fois, les personnes s’intéressant au contenu de celui-ci est nettement inférieur! On peut facilement avoir mille visites indiquées sur un billet présentant un article et uniquement une cinquantaine de personne qui ont cliqué pour lire l’article en question !

Ne vous laissez pas berner par les différents indicateurs à disposition!

L’outil que nous expérimentons actuellement est le “blogue”, et celui-ci en est un exemple. Nous remarquons que si l’inscription pour être alerté lors d’un nouveau billet se fait facilement (n’hésitez pas, inscrivez-vous !), l’interaction avec commentaires et contacts directs avec l’audience du blog est plus difficile. Là aussi, nous supposons que des paramètres comme la fréquence, la pertinence, la longueur, l’illustration des billets jouent certainement un rôle tout comme la durée d’existence et la réputation du blog.

La conclusion à laquelle nous sommes arrivés jusqu’à maintenant est que à l’instar “des petits ruisseaux qui font des grandes rivières”, une communauté “globale” se construit par la somme de petites communautés “locales” mobilisées autour d’initiatives et d’intérêts spécifiques. Soyez toujours professionnels, dans le contenu et dans la forme des productions du dispositif de prospective et petit à petit votre communauté s’agrandira.

Dans un domaine professionnel, à contre-courant peut-être de la recherche du sensationnel et de l’éphémère qui est à la base de certaines communautés actuelles, qualité et persévérance nous semblent, sans grande surprise, toujours et encore, les meilleurs outils pour bâtir un réseau solide, fiable et durable.

Votre avis et votre expérience nous intéressent!

Histoire précédente

Q007 – Futur(s) : où en sommes-nous ?

Histoire suivante

Q068 – Pourquoi et comment faire une analyse des besoins pour un dispositif de prospective ?

Derniers articles de Comment

%d blogueurs aiment cette page :